ACCÈS EXTRANET

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

Le plan d'action national de l'IFRECOR

Pour la protection et la gestion durable des récifs coralliens

UN PLAN CADRE

Le plan national d'action pour les récifs coralliens, adopté par le comité national en 2000, s'inscrit dans le cadre de la stratégie internationale de l'ICRI.

Reposant sur les constats du rapport sur « l'état des récifs coralliens dans les collectivités de l'Outre-mer » (1998), il a été élaboré en concertation avec les comités locaux de chacune des collectivités.

Il s'articule suivant 6 axes stratégiques

• Planifier pour prévenir > voir
• Réduire les effets négatifs dus aux activités humaines tout en assurant leur développement durable > voir
• Connaître et comprendre pour gérer > voir
• Informer, former et éduquer pour modifier les comportements > voir
• Développer les moyens d'action > voir
• Développer les échanges et la coopération pour renforcer les synergies et valoriser les expériences > voir

Décliné en planS d'actions quinquennaux

Il est décliné tous les 5 ans en un plan d'action quinquennal qui s'articule autour d'actions transversales qui présentent un intérêt pour l'ensemble des collectivités et nécessitent un travail en réseau et autour de plans d'actions locaux établis dans chacune des collectivités d'outre-mer par les comités locaux : Guadeloupe, Martinique, La Réunion, Mayotte, les îles Eparses, Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna, Polynésie Française.

2000-2005 : une première phase
autour de 20 grandes thématiques dites actions fédératives

L'évaluation de cette première phase a souligné le caractère novateur de l'IFRECOR, premier réseau entre les collectivités de l'outre-mer, la forte dynamique qui s'est créée autour de l'IFRECOR et des récifs dans plusieurs DOM/COM et le mode de gouvernance original de l'initiative. Parmi les points faibles étaient soulignés le caractère trop ambitieux de cette première phase, les difficultés à travailler en réseau entre des collectivités si distantes, et des moyens financiers et humains alloués à l'initiative jouant insuffisamment leur effet levier, en limitant l'ampleur.


 

2006-2010 : une deuxième phase
autour de 9 grandes actions thématiques

Cette phase a recentré le plan autour de 9 grandes actions thématiques appelées thème d'intérêt transversal ou « TIT » avec une première prise en compte des écosystèmes associés aux récifs coralliens :

• La promotion d'une meilleure gestion des aires marines protégées
• Le catalogage et la mutualisation des données sur la biodiversité récifale
• L'impact des pesticides
• Le suivi des récifs coralliens
• La normalisation des cartographies sur les récifs coralliens
• L'état des lieux des mangroves
• L'évaluation socio-économique des récifs
• L'observation des changements climatiques
• L'éducation à l'environnement


 

2011-2015 : une troisième phase
autour de 8 thèmes d'intérêt transversal (TIT)


Gouvernance : mécanismes de gouvernance et planification stratégique
Climat : adaptation au changement climatique
Socio-économie : valeur des services éco systémiques
Aires Marines Protégées : renforcement des réseaux et efficacité de la gestion des AMP
Biodiversité : synthèse et mise en ligne des informations relatives aux espèces et aux habitats des récifs coralliens et écosystèmes associés
Réseaux d'observation : suivi de l’état de santé des récifs coralliens et des écosystèmes associés, de l’environnement et des changements climatiques
Cartographie : développement des méthodes et outils
Éducation-sensibilisation-communication : capitalisation et valorisation des acquis ; communication et partage des connaissances

Les six axes stratégiques du plan d'action national de l'IFRECOR

Planifier pour prévenir

  • Créer un réseau d'aires récifales protégées : appuyer la création et la gestion d'aires protégées dans les collectivités et créer un réseau national
  • Favoriser la prise en compte des récifs coralliens et écosystèmes associés dans les politiques et les stratégies nationales et locales, notamment dans les contrats de plan et de développement, et dans les politiques sectorielles
  • Appuyer l'élaboration et la mise en œuvre concertées d'outils d'aménagement et de gestion comme les SMVM et SDAGE
  • Promouvoir la coordination de ces outils sur un même territoire pour une gestion intégrée des littoraux

Réduire les effets négatifs dus aux activités humaines tout en assurant leur développement durable

Prévenir et lutter contre les pollutions et les dégradations

  • Prévenir les causes par le recours systématique à l'étude d'impact
  • Appuyer la mise en œuvre de moyens techniques adaptés pour lutter contre les pollutions et les dégradations, principalement dans le domaine de l'assainissement et de la lutte contre l'érosion et la sédimentation
  • Promouvoir et mettre en œuvre des mesures réglementaires, institutionnelles, financières et économiques
  • Promouvoir la restauration de récifs coralliens dégradés

Gérer plus rationnellement les ressources vivantes

  • Eliminer les pratiques de pêche destructrices
  • Développer des plans de gestion rationnelle en s'appuyant sur les connaissances scientifiques, sociales et économiques
  • Favoriser le développement durable d'activités alternatives

    Développer un tourisme durable
  • Favoriser, dans les schémas d'aménagement, l'adéquation des aménagements touristiques à la capacité de charge des récifs
  • S'assurer de la réalisation systématique des études d'impact des aménagements
  • Mieux impliquer les opérateurs touristiques et les touristes dans les actions de protection des récifs
  • Mettre en œuvre des mesures concrètes de lutte contre les dégradations liées à certaines pratiques
  • Développer des moyens incitatifs

 

Connaître et comprendre pour gérer

Renforcer les connaissances sur les récifs : renforcer les recherches sur les récifs coralliens, notamment en ce qui concerne :

  • la connaissance des récifs et les inventaires de biodiversité, en particulier sur les récifs peu ou pas connus
  • les connaissances sur l'écologie et le fonctionnement de ces écosystèmes
  • les études appliquées nécessaires à la gestion des récifs : connaissance des impacts sur les récifs des dégradations naturelles et humaines, moyens de prévention et de lutte
  • la connaissance des ressources pour la mise en place de règles de gestion rationnelle
  • Favoriser l'intégration des sciences humaines, économiques et juridiques dans l'approche du milieu récifal.


Surveiller à long terme l'évolution de l'état de santé des récifs et évaluer l'impact des mesures prises en leur faveur

  • Concourir à la création d'observatoires des récifs et de la qualité des eaux dans l'ensemble des collectivités de l'outre-mer et participer aux réseaux internationaux de suivi des récifs coralliens (GCRMN et Reef Check)
  • Développer un observatoire national « récifs coralliens », sur la base d'indicateurs pertinents à l'échelon national
  • Assurer l'élaboration périodique d'un rapport national sur l'état des récifs coralliens des collectivités


De la recherche à la gestion : créer les outils d'aide à la décision

  • Réaliser une cartographie normalisée de l'ensemble des récifs coralliens des collectivité
  • Favoriser le développement de systèmes d'informations et autres outils de transfert des connaissances

 

Informer, former et éduquer pour modifier les comportements

  • Renforcer l'éducation à l'environnement récifal en milieu scolaire
  • Informer les différents groupes d'acteurs : décideurs, aménageurs, utilisateurs, grand public
  • Informer, former les scientifiques sur les outils d'aménagement et de gestion


Développer les moyens d'action

Promouvoir et appuyer la mise en place des outils réglementaires nécessaires

  • Renforcer l'application des conventions et programmes internationaux dans les collectivités
  • Aider à compléter le corpus juridique local si nécessaire et à renforcer l'application des réglementations


Développer les moyens financiers

  • Renforcer les moyens financiers consacrés aux récifs dans les contrats de plan et de développement
  • Améliorer l'accès des collectivités de l'outre-mer aux différents programmes et financements nationaux et internationaux
  • Favoriser l'implication du secteur privé dans le financement de la protection des récifs
  • Appuyer la mise en place d'outils financiers ou économiques au profit des récifs coralliens


Développer les échanges et la coopération pour renforcer les synergies et valoriser les expériences

Assurer les échanges d'expériences sur les récifs coralliens entre les collectivités de l'outre-mer

  • mettre les principaux acteurs en réseau et assurer un transfert des expériences et des connaissances entre les collectivités et avec la métropole


Renforcer la coopération régionale et internationale

  • Renforcer la coopération internationale régionale, en association avec les collectivités concernées
  • Conforter la présence française dans les rencontres et instances internationales