ACCÈS EXTRANET

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

INITIATIVE FRANCAISE
POUR LES RECIFS CORALLIENS

La surveillance des récifs

La surveillance des milieux est essentielle à une gestion adaptée et durable. Elle est réalisée par les scientifiques et par des acteurs de la société civile sous l'égide du GCRMN.

Depuis sa création, il s'agit d'une action phare de l'IFRECOR qui a largement contribué au développement des réseaux d'observation. La mise en place de suivis des récifs coralliens dans les sept collectivités de l'outre-mer, la synthèse et la diffusion des résultats ont pour objectif de connaître, comprendre, alerter et orienter les mesures à prendre au niveau local, régional, national ou international.

Le réseau mondial de surveillance des récifs coralliens (GCRMN)

gcrmnDès la création de l'IFRECOR, alors qu'elle prenait le secrétariat de l'ICRI, la France s'est engagée à participer au réseau mondial de surveillance des récifs coralliens, le GCRMN (Global coral reef monitoring network). Le GCRMN a  pour  objectif  de renforcer la compréhension scientifique de l'état et les tendances des écosystèmes de récifs coralliens en différents endroits à travers le monde. 

 

Un  bilan  périodique de  l'état  de  santé  des  récifs  à destination  des  chercheurs,  des  gestionnaires  et  des  décideurs  est publié (éditions  successives : 1998,  2000,  2002, 2004, 2008 et 2011). D'autres ouvrages ont été publiés par le GCRMN, sur les méthodes de surveillance des récifs (biophysique et socio-économique), sur les conséquences du tsunami  de  décembre  2005  en  Asie,  sur  les  phénomènes  de  blanchissement  et  de  mortalité  des coraux, etc.  Aujourd 'hui le GCRMN se restructure.

 

Des réseaux régionaux du GCRMN

 

Le GCRMN est organisé en réseaux régionaux (ou nœuds) auxquels les collectivités d'Outre-mer participent ou coordonnent.

Pacifique sud : Le réseau Polynesia Mana est géré par le CRIOBE Il concerne la Polynésie française et les petits états ou territoires insulaires voisins : îles Cook, Kiribati, Tokelau, Tonga, Pitcairn, Niue, Wallis et Futuna. Dans chacun de ces territoires un suivi périodique des peuplements de coraux et de poissons est réalisé. Les données sont en ligne sur le site du CRIOBE

Pacifique sud-ouest auquel appartient la Nouvelle-Calédonie (avec Fiji, Samoa, les îles salomon, Tuvalu et Vanuatu)

Océan indien : le nœud des îles de l'océan indien est porté par la Commission de l'Océan indien

Caraïbes : voir le dernier rapport du GCRMN sur les Caraïbes : Etat et Tendances des Récifs Coralliens des Caraïbes: 1970-2012

Reef-Check

reef checkLancé en 1997, Reef Check est le protocole de surveillance participatif du GCRMN. A partir d'un protocole rapide, il permet à des volontaires, encadrés par des scientifiques, d'étudier chaque année l'état de santé d'un récif. Porté par un réseau de coordonnateurs régionaux, nationaux et locaux, ce  programme s'appuie sur une démarche scientifique rigoureuse mais adaptée aux capacités des intervenants. Il rassemble des observateurs issus des gens de mer (pêcheurs, opérateurs touristiques…), du milieu scientifique (étudiants, enseignants, gestionnaires…), du réseau associatif ou plus largement du grand public (plongeurs, plaisanciers...)

 Reef check est décliné dans toutes les collectivités ; depuis 2011 les différentes collectivités se sont fédérées dans le réseau Reef Check France

Un tutoriel qui permet d'intégrer les jeux de données de Reef Check dans le progiciel CoReMo3 a été développé.

> lien sur reefcheck international

> lien sur Reef Check France


Reef Check à la Réunion

Et à Madagascar

 

L'état des récifs coralliens

Dans le monde

Sur une surface totale récifs et lagons de 600 000 km 2  (280 000 km 2  de récifs), on estime que 20% des récifs coralliens ont été irrémédiablement détruits ou présentent peu de chances de récupération, que 25% sont dans un état critique, que 25% sont menacés et que seulement 30% demeurent dans un état satisfaisant.

C'est dans le sud-est asiatique et dans l'océan Indien, où les récifs sont au maximum de leur diversité, que la situation est la plus préoccupante : il y a peu de signes positifs de récupération des récifs.

Dans  les  Caraïbes,  les  communautés  coralliennes  ont  été  décimées  à  plus  de  80%  dans  de nombreuses aires récifales, elles ont été fortement touchées par le phénomène de blanchissement dû aux températures estivales anormalement élevées

En Australie et dans l'océan Pacifique, les récifs demeurent en bonne condition.

 

Des collectivités de l'Outre-mer

Les récifs de l'outre-mer français suivent globalement ces tendances : en bon état dans les collectivités du Pacifique, plutôt dégradés dans les caraïbes et des situations variables dans l'océan indien selon la pression humaine : très faible dans les iles Eparses où les récifs sont en bonne santé, plus prégnante à Mayotte et surtout à la réunion où le récif, étroit, subit de nombreux impact des activités humaines en amont.

La surveillance des récifs coralliens est l'une des préoccupations constante de l'IFRECOR. Elle fait l'objet d'une action transversale (TIT), portée par La Réunion (lien sur le TIT).

Autres références

http://www.cnes.fr/web/CNES-fr/8692-la-surveillance-des-recifs-coralliens.php